l'actualité de la semaine...

Voici notre revue des médias, découvrez à chaud les événements et les infos à ne pas manquer.
en détail
enregistrer
la lettre d'actualité
expositions
salons
la toile de l'art
"expositions"
Karl Lagerfeld Photographies
Jusqu'au 23/12/2004

L'exposition organisée par Pierre Passebon, passage Véro-Dodat constitue un évènement sous un triple aspect. Il s'agit d'une part de la présentation, pour la première fois dans une galerie parisienne, du travail de Karl Lagerfeld en tant que photographe. Activité qu'il exerce régulièrement, parallèlement à son travail de couturier depuis 1987. Images et objets mêlés, cet ensemble permet aussi de découvrir un aspect encore méconnu de l'art décoratif français au XXème siècle : les poteries d'inspiration hellénistique de la manufacture de Ciboure. En outre la manifestation préside sous le titre " Les vases de Ciboure "- l'illusion de l'Idéal- à la publication d'un luxueux ouvrage de référence, dirigé par Karl Lagerfeld et l'éditeur d'Art Gerhard Steidl.
Les images de mode conçues par Lagerfeld ont fait le tour du monde. On a moins souvent l'occasion d'apprécier ses natures mortes et les visuels qu'il compose à partir de son autre passion : le paysage.
L'accrochage de la Galerie du Passage se divise en trois thèmes : " Ciboure " met en scène une suite de photographies où les poteries néo-antiques sont associées à des académies masculines qui en soulignent la facture classique. Tandis que "Végétaux et Architectures" proposent la vision du photographe sur l'univers contrasté de la nature et de la ville. Tirés sur toile (tirage unique), ces grands visuels (160/120) s'apparentent à de véritables compositions picturales, d'une facture très contemporaine. Enfin, un polyptique donne la version personnelle de Lagerfeld sur "le portrait de Dorian Gray".
Grand communicateur, impliqué dans le processus créatif qui l'amène à s'adresser aux publics les plus différents, c'est un Lagerfeld différent, l'amateur de curiosités, l'hédoniste, l'observateur qualifié que révèle pendant un mois cet évènement qui prend pour cadre intimiste, celui de la véritable maison récemment réaménagée à deux pas du Louvre, par le marchand d'Art Pierre Passebon .
A coté de sa spécialisation dans les mobiliers, les témoignages, les Arts Décoratifs des temps modernes, la Galerie du Passage, comme son nom l'indique, établit des correspondances entre l'image, notamment la photographie et le perpétuel dialogue des formes de notre temps.
N.B : C'est au Pays Basque, alors que Biarritz devenait la villégiature la plus élégante des années 20, qu'est né l'atelier des poteries de Ciboure. Trois créateurs natifs de ce minuscule village ont su traduire avec des moyens primitifs, un idéal de beauté inspiré par le soleil de la Grèce et transposé par le génie local. Ce panthéisme art-déco, d'une originalité sans égale dans une production régionale fait la rareté des vases de Ciboure. L'empathie de Karl Lagerfeld avec le Sud-Atlantique l'a conduit à constituer une vaste collection de ces oeuvres où l'innocente naïveté pastorale est transcendée par la maîtrise de la main et l'aspiration à des valeurs universelles.
A lire : Karl Lagerfeld ? Les Vases de Ciboure- 48 pages, 26 photographies en couleur reliées luxueusement sous jaquette 25 X 35 cm' STEIDL

GALERIE PIERRE PASSEBON
39 RUE BOURDONNAIS
75001 PARIS
France
Tél. +33 1 42 36 44 56
mail : sylvia@cdrg.com

Polyvisions et Métamorphies Polyvisions et Métamorphies
Jusqu'au 31/12/2004

L'exposition "Polyvisions et Métamorphies", réunit les oeuvres de douze artistes, s'exprimant au travers de différentes techniques: vidéo, pixellisme, photographie, collage, infographie, installations.
Des "multitudes" de Carmen Arrabal, sérialisations d'icônes de la consommation de masse, aux projections fugitives et fragmentées de Marc Vander-Stucken; du montage onirique et aléatoire des photogrammes de Ronny Demissy, aux "compositions absurdes" de Rach'Mell' oscillant entre illusion graphique et détournement de l'objet...
"Polyvisions et Métamorphies" offre une "galerie" d'oeuvres qui explore le champ des perceptions inédites entre poésie et numérique,en intérogeant notre rapport à l'image actuelle.
Vernissage le 14 novembre et finissage le 12 décembre.
Artistes : C.Arrabal, F.Coutant, R.Demissy, P.Gigot, B.Koster

Galerie Espace Dialogos
10, rue Raspail
94230 CACHAN
FRANCE
Tél. +33 1.45.46.62.02
Fax. +33 1.45.46.62.02
mail : dialogos.art@wanadoo.fr
web : http://www.xiradakis-vea.com/auj.asp

L'Ile Seguin, pour mémoire L'Ile Seguin, pour mémoire
Jusqu'au 15/12/2004

Exposition des photographies inédites de Gilles Larvor /Agence VU
Alors que les travaux de démolition des ateliers Renault de l'île Seguin sont bien avancés, du 16 novembre au 15 décembre, le MK2 Bibliothèqueouvre ses portes à Mehdi Lallaoui (documentariste) et Gilles Larvor (photographe, membre de l'Agence VU) qui témoignent en images sur ce symbole mythique de l'industrie automobile française et de l'histoire, de la mémoire ouvrière française. Symbole de la grande aventure automobile du groupe Renault, l'Ile Seguin dont les ateliers furent construits en 1929, n'est plus qu'un immense paquebot échoué dans les eaux de la Seine, aux portes de Paris. Antre de bien des innovations et expérimentations industrielles, Renault Billancourt qui a employé jusqu'à 10000 ouvriers de près de 58 nationalités différentes, était également, une vitrine sociale. Après les grèves de juin 1936, on l'appelait la "forteresse ouvrière", et c'est là que tous les grands dirigeants de la CGT issus de la métallurgie, comme Benoît Frachon ou Henri Krasucky, firent leur classe. Avec son cortège de mutations, reconversions, licenciements...
l'Ile Seguin cessa toute activité en 1992. C'était la fin d'une époque. Loin d'être une délivrance, cette fermeture fut, pour beaucoup d'OS, un traumatisme, encore vivace aujourd'hui. Début 2004, les travaux de démolition de ces usines mythiques ont commencé. Prés de 500 photographes et documentaristes ont sollicité de la régie Renault l'autorisation d'immortaliser ce site emblématique, Une dizaine obtint le fameux cézame dont Gilles Larvor, photographe (Agence VU) et Mehdi Lallaoui (association Au Nom de la mémoire) qui ont investi, les ateliers, les coursives, les quais, les toits, les fosses, les cantines, les souterrains de l'île endormie, et qui sont les seuls à avoir eu la bonne idée de s'intéresser à la dimension humaine de cette "île du diable" avec les meilleurs guides possibles : Mimoun, Mohamed, Gilbert, Francisco... qui ont travaillé sur le site qu'ils retrouvent pour la première fois, après bien des années.

AGENCE ET GALERIE VU
2, rue Jules Cousin
75004 Paris
FRANCE
Tél. + 33 1 53 01 85 81
Fax. + 33 1 53 01 85 80
mail : sabathier@abvent.fr
web : http://www.agencevu.com

Marc Desgrandchamps Marc Desgrandchamps
Du 19/11/2004 au 19/12/2004

Marc Desgrandchamps est né en 1960 à Sallanches. Il est diplômé de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris. Il vit et travaille à Lyon. Depuis les années 80 et l'exposition "scandale" au Centre Georges Pompidou à Paris (1987), l'oeuvre de Marc Desgrandchamps évolue vers un univers pictural homogène et personnel. Il compose des scènes au temps suspendu dans lequel chaque objet, chaque corps, couleur ou paysage se fait écho. Les compositions travaillées recréent la réalité, et l'utilisation préparatoire de la photographie transpose ses sujets dans une atmosphère de torpeur métaphysique. Ainsi, la figuration et la narration émanent des tableaux plus qu'elles ne les façonnent, faisant de chaque oeuvre le point de rencontre d'un avant et d'un après, matérialisé dans la représentation de figures en filigranes, de transparences. Les corps sont simultanément des êtres d'aujourd'hui, dans leur quotidien, et les apparitions d'un temps lointain, connu par les vestiges, les traces, l'intuition.
"Saper la représentation tout en la maintenant est la brèche sur laquelle se suspend ce que je tente de peindre" (Marc Desgrandchamps)
L'exposition présentée au Musée d'Art Contemporain de Lyon clôt une itinérance co-produite avec le Musée de l'Abbaye de Sainte-Croix des Sables d'Olonne, le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg et la Chapelle St Jacques à St Gaudens.

MUSEE D'ART CONTEMPORAIN DE LYON
Cité Internationale
69006 Lyon
FRANCE
Tél. +33 4 72 69 17 17
mail : mac@mairie-lyon.fr
web : http://www.moca-lyon.org

"salons"haut de page
18ème FESTIVAL PHOTOBIS (Novembre 2004 Paris) 18ème FESTIVAL PHOTOBIS (Novembre 2004 Paris)
Du 25/11/2004 au 28/11/2004

50 photographes Internationaux contemporains.
Le 18ème FESTIVAL PHOTOBIS se déroulera les 25, 26, 27 et 28 Novembre 2004 aux Galeries de l'Espace St-Martin (256, r. Fbg St-Martin, Paris Xème), toutes les tendances photographiques sont représentées afin d'obtenir un très large panorama de la Photographie contemporaine, que le travail soit de type "Reportage", "Artistique" ou plus "Conceptuel".
Ce Festival est depuis maintenant 10 années consécutives l'un des principaux évènements culturels photographiques sur Paris laissant encore une très grande liberté d'expression aux auteurs : tous les thèmes sont abordés, toutes les techniques photographiques argentiques, numériques (ou techniques mixtes ou installations plasticiennes) sont proposées durant cette exposition, et évidemment une multitude de styles innovants et inédits sont aussi à l'honneur !
Dans une optique de Découvreur de talents et de Révélateur de tendances, le Festival Photobis donne une orientation très précise de la Photographie telle qu'elle se décline aujourd'hui, un véritable "laboratoire in vivo" qui motive tout autant le grand public que les professionnels les plus avertis...
Ne manquez surtout pas ce rendez-vous incontournable de la Photographie contemporaine, une nouvelle façon de découvrir toutes les facettes de cet Art à part entière.
A très bientôt !
l'Equipe PHOTOBIS
INFO Bande Annonce : 01.60.09.61.58

PHOTOBIS - Espace St-Martin
Galeries de l'Espace Saint-Martin
75010 Paris
FRANCE
Tél. +33 1 60 09 61 58
mail : photobis@photobis.com
web : http://www.photobis.com

"la toile de l'art"haut de page
Jean-Marc Dauvergne Le coup de coeur de la semaine : Jean-Marc Dauvergne

Mes peintures sont des zones intermédiaires entre Réalité et Fantastique, des passages ouverts sur l'ailleurs, des portes pour l'esprit.
Frontière entre lumière et obscurité, rêves pour les uns, cauchemars pour les autres, chacun n'y trouve que ce qu'il cherche à y voir.
Toutes sont des fragments de quelque chose de plus grand, impossible à appréhender dans sa totalité.
Aucun de ces lieux n'existe dans la réalité, mais ils existent quelque part, puisque tous sont issus de l'imagination.
L'homme en est souvent absent, la trace de l'homme souvent omniprésente. Le spectateur en est le seul réel personnage.

Web :http://jmdauvergne.free.fr/

<< semaine précédente semaine suivante >>